Bouturage ligneux (à bois sec) – partie 2

Je me suis dit que ça valait la peine de faire un petit suivi des mes boutures à bois sec du 16 février.

Le taux de réussite à été franchement satisfaisant. C’est vrai que j’avais lu sur le sujet et j’avais vérifié que ce que je bouturais avait des chances de reprise.

Par contre, dans certains cas, on a parfois des fausses-joies, puisqu’il arrive à certaines boutures de débourrer et de mourir, peu de temps après. Ça a été le cas pour mes prunus tomentosa (cerisiers de nanking). J’avais lu quelque part qu’on pouvait parfois réussir à les faire reprendre en bois sec. Dans mon cas, ça n’a pas fonctionné. Les branchouilles ont débourré puis sont mortes. Sinon, pour le reste, ça a été assez bien. Car avec les boutures, même s’il y a du vert, ça n’est pas nécessairement un indice de réussite. Tant que la bouture n’a pas fait de racine et de repousse notable, il y a toujours un risque de flétrissement et de mort subite. 😦

D’où l’importance de placer les boutures sur le rebord d’une fenêtre fraîche préférablement au nord, afin de retarder ou du moins ralentir la repousse et le dessèchement des petits bouts de bois qui n’ont que peu de réserve pour survivre.

Et pour ce qui est de mes résultats, jugez par vous même! 🙂

Boutures à bois sec - Gadelles rouges et vigne

Boutures à bois sec – Gadelles rouges et vigne

Boutures à bois sec - variés (vigne, cassis, prunier)

Boutures à bois sec – variées (vigne, cassis, prunier)

Si on compare avec février…

Boutures à bois sec

Boutures à bois sec

En gros, ça a été une expérience de multiplication de plantes que je juge très réussie.  Désormais, je n’aurai plus jamais de problème à multiplier les vignes et les groseilles en tout cas!

liste des mes réussites et échecs:

  • Gadelles rouges – Red Lake – réussite   Versaillaise blanche – réussite
  • Cassis Titania – réussite Ben Conan – réussite  Ebony – échec (j’avais une seule bouture et elle ne semblait pas en forme)
  • Casseille – réussite
  • Prunier jaune – échec
  • Cherry-plum: Convoy – échec  Kappa – échec  et St-Petersbourg – échec
  • Prunus tomentosa – échec
  • Vigne Sabrevois et Marquette – réussite
  • Coing Kaunching – échec
  • Hibiscus rustique – échec
  • Néflier Monstrueux – échec

Voilà! Ça fait pas mal le tour

Aussi, petite visite à mon terrain en fin de semaine.

Il reste encore de la neige en « masse » à Québec, ce qui veut dire que mon terrain sera littéralement enterré de neige. Mais bon, j’ai tout de même espoir de pouvoir appliquer mon huile de dormance (on peut bien rêver!) Et sinon, ça va me faire plaisir d’aller faire un ‘tit tour et de faire un coucou à mes ‘tites plantes qui font encore dodo.

N’empêche, le printemps, ça s’en vient! Ici, à Québec, j’ai vu des érables avec les fleurs sur le point d’ouvrir et des tulipes et bulbeuses émergées (pas encore en fleur, mais bon). Encore quelques semaines, voire jours…

Joyeuse Pâques! (Ou sinon, long congé pour les autres!)

Ah oui! Dernier point, mes graines de mûroises ont germé! (Loganberry). Je n’ai pas réussi à trouver de photos de semis de framboises ni de mûres sur internet pour pouvoir comparer… Dommage, j’aurais aimé savoir si mes semis sont davantage proche de framboises que des mûres. Car vu que c’est une deuxième génération, les fruits ont très bien pu se polliniser soit avec l’un (framboise) soit avec l’autre (mûres). J’aurais donc des 1/4 mûres vs framboises, sinon l’inverse. Et si c’est de l’auto, ça sera 50/50. À voir!

framboises x mûres

Muroises (framboises x mûres)

J’étais un peu déçu de lire les critiques gustatives du fruit, qui, apparemment, serait un peu « ordinaire » (plutôt acidulé, pas très satisfaisant).

De toute façon, mon plaisir c’est de faire pousser tout ça et de voir ce que le résultat donnera, dans quelques années. D’ici là, je vais me planter des drageons des mûriers sans épine que mon père fait pousser avec plus ou moins de résultats satisfaisants. (Ils ne résistent pas à nos hivers si on les laisse hors de la neige). Et je vais aussi essayer de récupérer la variété sauvage à épines que j’avais dégusté lors de ma visite à St-Tite, au chalet de mon ami Louis. Si cette variété-là survit là-bas sans soins, elle doit bien pouvoir pousser chez moi aussi. La zone est certainement équivalente (du 3b-4a).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s