Poirier Seckel sur amélanchier et autres greffes réussies

De retour de mon verger ou j’ai pu enfin prendre de nombreuses photos.

Tout d’abord, ma réussite inédite, la greffe de poirier sur Amélanchier (ou petites poires). Les greffons sont des poirier Seckel Hâtif, en greffe de bourgeon dormant de l’été dernier. J’avais lu que l’association était possible, alors je l’ai tenté et ça marche! J’avais aussi lu par contre qu’il fallait laisser à l’arbre une partie de ses propres branches, sinon il n’était pas trop content au long terme. Je lui ai donc laissé faire quelques branches à lui, qui pousseront à côté de mon poirier.
J’ai bien hâte de voir si la mise à fruit sera plus rapide et si le port de la plante résultante sera plus buissonnant. En principe, ça devrait l’être.

Poirier Early Seckel sur Amélanchier (les deux à gauche)

Poirier Early Seckel sur Amélanchier (les deux à gauche)

Et l’ironie dans tout ça, c’est que mon arbre d’origine pour les greffes a gelé complètement. Cramé! Une chance que je suis un peu parano et que je m’étais donné la peine de faire des greffes de Seckel ailleurs… Ça m’aurait fait suer d’avoir à le racheter à neuf.

Aussi, plusieurs greffes réussies. Des poiriers, des pommes. Je crois que je peux dire que je suis passé du statut de greffeur amateur à celui de greffeur diplômé! 🙂 C’est certain que même avec un taux de réussite de… disons 90%, j’ai tout de même quelques échecs. C’est souvent relié à la qualité du bois utilisé pour greffer, d’incompatibilités ou de maladie qui s’installe (moisissure). On apprend toujours. En tout cas, ma belle découverte de cette année a été mon outil à greffer ainsi que la cire à greffer. J’aime beaucoup la cire, elle protège le greffon, le garde hydraté et ne nécessite pas de suivi, puisqu’elle fond/craque et se désagrège d’elle même. Le plastique fait aussi, mais c’est plus de travail de repasser partout pour l’enlever. Sans compter les nombreux cas de moisissures/maladies qui s’y forment.

Sinon, je peux me dire satisfait après mon marathon de plantations. Enfin, tout y est. Ne restera plus que les ajustements et retouches, pour remplacer tel ou tel arbre dont la greffe n’a pas pris ou encore pour changer de variété pour une autre. Je suis vraiment content d’avoir tout greffé en double, puisque ça m’a permis de presque tout sauver ce que j’avais commandé.

Mon verger en devenir - un champ de piquets en attendant que ça pousse

Mon verger en devenir – un champ de piquets en attendant que ça pousse

Sur une cinquantaine de variétés de plantes (poires, pommes, prunes, coing, néflier, vigne, petits-fruits), je n’en ai perdu que quatre à date.

Les coing Kaunching avaient d’abord repris vigoureusement, puis se sont par la suite flétries sur mes trois greffes différentes (poirier, pommetier et coing japonais).
Le pommier Banane d’hiver n’a pas non plus survécu et sur mes deux différents porte-greffe. J’ai aussi perdu mes prunes-cerises St-Petersbourg ainsi que Kappa. Heureusement, il m’en reste deux qui pourront se polliniser entre eux (Convoy et Manor). J’ai aussi perdu deux sortes de malus finlandais, mon pommetier Kitaika et le Sandra, tandis que j’ai sauvé les Jaspi et Pirja. Aussi, mes deux tentatives de greffes de pêches sur prunier Damas ont échoué.

Enfin, Yarlington mill, un pommier à cidre anglais, m’a fait peur. Sur trois greffes, je n’en ai sauvé qu’une seule. Mais au moins, j’en ai une! C’est tout ce qu’il me faut pour le multiplier à nouveau. Surtout que le bois qu’on m’avait vendu était tout petit et que je l’avais depuis février au frigo. De février à mai, encore surprenant

Greffe de pommier Yarlington Mill sur pommetier

Greffe de pommier Yarlington Mill sur pommetier

Enfin, au final, très peu de pertes.

J’ai aussi eu le temps de planter quelques courges et concombres, en plus de mes tomates, histoires de patienter en attendant les récoltes de fruits qui ne viendront pas avant quelques années encore. Il y aura bien quelques cerises de mes cerisiers Romance, mais même elles semblent être plutôt modestes cette année. Je n’aurai que quelques cerises, tout juste assez pour y goûter, sans plus. Par contre, j’aurai au moins quelques fraises et framboises.

Bon jardinage!

PS: Voici quelques unes de mes plus belles greffes en photo

Poirier StarKrimson (Clapp's Fav. Rouge) sur Ure

Poirier StarKrimson (Clapp’s Fav. Rouge) sur Ure

Poirier Kieffer sur Ure

Poirier Kieffer sur Ure

Aubépine sur pommetier

Aubépine sur pommetier

Poirier Mission Joinville - sur Semis de Bartlett

Poirier Mission Joinville – sur Semis de Bartlett

prunus maritima sur prunus nigra

prunus maritima sur prunus nigra

Pommier Liberty  sur pommetier type baccata

Pommier Liberty sur pommetier type baccata

Pommier Honeycrisp sur pommetier type baccata

Pommier Honeycrisp sur pommetier type baccata

prunier Damas (semis) en oeil dormant sur prunier Pitsin (salicina)

prunier Damas (semis) en oeil dormant sur prunier Ptitsin (salicina)

Norland sur semis de pommetier inconnu

Norland sur semis de pommetier inconnu

SONY DSC

gros plan sur le point de greffe, ici un oeil dormant de bourgeon de pommier Norland (greffe en « T »)

 

Un petit suivi en date de fin août 2014 de ma greffe de poirier sur Amélanchier qui se porte à merveille! Reste à savoir de quoi le poirier aura l’air au printemps prochain, il est un peu « sur la fesse » côté rusticité. J’espère que la couverture de neige sera de mon bord…

Poirier Early Seckel sur Amélanchier (2 tiges)

Poirier Early Seckel (2 tiges à gauche) sur Amélanchier – apparemment qu’il faut garder une partie amélanchier au porte-greffe, sinon l’amélanchier finit par dépérir.

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Poirier Seckel sur amélanchier et autres greffes réussies

  1. Belles expériences! J’ai commencé aussi à greffer en autres poirier (Beauté flamande) sur amélanchier. Cela a pris très bien. Je serais curieux de savoir si les vôtres ont survécu et grandit. Je pense essayé de greffer des cerises sur cerisier à grappe ou pennsylvatica.

    Gilbert (Trois-Rivières)

    • Oui, la greffe a survécu et prospère pour une deuxième année, malgré le froid (-40 presque pendant toute une semaine en février).
      J’en parlerai dans ma prochaine intervention/billet sur mes greffes de 2015.
      content de savoir que B. Flamande est aussi compatible. J’en ferai des greffes de bourgeon en août, j’ai d’autres amélanchier disponibles. 🙂

      Pour les cerisiers, j’avais greffé des cerisiers de la série romance sur Pensylvanica et bien que la greffe avait repris, les greffons n’ont pas survécu longtemps. En août ils avaient flétri. Par contre, peut-être en conservant une partie de la plante-mère… Comme pour les amélanchiers….

  2. Pingback: La poire Beurré d’Amanlis et suivi du poirier Seckel sur amélanchier – Poires, fruitiers et Permaculture à Petit-Sag

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s