Des figues Brown Turkey à Petit-Saguenay

De retour de Petit-Saguenay ou nous avons pu déguster une vingtaine de figues bleues mûres juste à point. Canicule aidant, les figues ont décidé de mûrir à grande vitesse. Et… c’était très bon.

Figues Black Turkey récoltées à Petit-Saguenay

Quelques unes de mes figues Black Turkey récoltées à Petit-Saguenay

Vous l’avez deviné, le figuier n’avait pas passé l’hiver là et je ne l’avais pas non plus semé au printemps. C’était un de mes figuiers que j’avais déjà à l’intérieur (en double). J’avais lu quelque part que le Black Turkey et le hardy Chicago étaient zoné 5 et que plusieurs personnes dans le coin de Montréal réussissaient à les faire hiverner en les couchant (déracinant partiellement) ou sinon en les cachant.

Justement, l’hiver dernier, ma soeur Caroline qui habite à Rivière-Baudette près de Montréal, a réussi à faire hiverner son figuier. C’est aussi un Black Turkey et celui-ci a très bien résisté à l’hiver en restant dehors, en zone 5, sans protection. Bien qu’il a fait très froid en dehors de la couverture neigeuse, le sol, lui, n’était pas gelé. Il avait fait chaud en automne jusqu’en novembre et une épaisse couche de neige est tombée sur le sol, isolant tout ce qui s’y trouvait jusqu’au printemps.

Voici une photo de mon figuier une fois transplanté.

Le figuier Black Turkey

Le figuier Black Turkey

Comme vous pouvez le voir, il était déjà chargé de fruit, une trentaine de figues au total. Quand on dit que les figuiers aiment la misère! Celui-là était dans un pot pas très grand et je lui avais enlevé toutes ses feuilles en février pour le traiter au savon d’une infestation aux araignées rouges (traitement réussi, d’ailleurs)

Détail des figues avant qu'elles ne finissent de mûrir

Détail des figues avant qu’elles ne finissent de mûrir

Alors, j’ai toujours l’intention de lui faire passer le test de l’hiver en pleine terre en zone 3b-4a. J’ai prévu lui creuser une tranchée et le coucher dedans. Ensuite, je le recouvrerai de branchages ou de paille. Avec un peu de chance, il repoussera au printemps, même si c’est à partir du sol.

PS: On peut bien rêver! Et sinon, j’ai un plan B; me repartir des boutures cet automne et le remplacer au printemps prochain. 🙂

*

« la culture du figuier à Argenteuil »

Pour pouvoir les protéger facilement contre le froid, on cultivait les figuiers dans de larges tranchées peu profondes. Les arbres étaient plantés obliquement sur un des talus, et taillés de manière à former une touffe de branches souples. Aux premiers froids, on effeuillait les dernières feuilles, puis on couchait les arbres en les attachant au fond de la tranchée, et on les recouvrait de paille sèche et d’une couche de feuilles à décomposition lente (platane). Au printemps, on découvrait les arbres, par temps gris pour leur éviter les brûlures. »

source: La figue, du nord au sud: http://www.agencedesarbres.org/dossiers/la_figue.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s