Bientôt le temps de commencer la stratification, ou comment simuler la dormance des graines

Avez-vous déjà essayé de planter certaines graines sans succès? Des graines de roses par exemple, ou des pépins ou noyaux de fruits?
Si c’est le cas et que ça n’a pas fonctionné, ce n’est pas que les graines ne sont pas viables ou que vous n’aviez pas la bonne technique.
C’est parce que dans la nature, ces graines sont « programmées » pour attendre que l’hiver soit passé avant de germer au bon moment, soit au printemps.

IMG_0027

Mes premiers semis de poires en 2012

Une technique facile est couramment utilisée afin de simuler la période de dormance que ces graines requièrent; la stratification. En gros, la stratification consiste à humidifier (réveiller) les graines d’abord en les faisant tremper une journée dans l’eau par exemple, puis à les placer dans un contenant humide en strate/couche, et au froid, pendant 1 à 4 mois, selon le besoin de la plante en question.

Diverses techniques peuvent être utilisée pour le repos de la graine au frais.
1- Dehors (à l’extérieur) : La plus facile, on place les semis dans un bac de terre recouvert d’une grille pour éviter que les rongeurs nous volent nos graines. Au printemps, les graines se réveilleront d’elles-mêmes.
2- Dans un contenant de tourbe ou de sable humide dans un garage ou un frigo

Les graines mélangées à un médium de tourbe et/ou sable et placées au frio. Image de Bonsai365.fr

3- Dans un essuie-tout tout juste imbibé d’eau et de peroxyde dans un sac (zip-lock) au frigo.

la technique du ziploc au frigo – tirée de websadovod.ru

Personnellement, ma méthode favorite est la 3e, puisqu’elle permet de pouvoir vérifier hebdomadairement et aisément l’état des semis.

Pour les roses, poiriers et pommiers par exemple, il n’est pas rare que les semis se mettent à germer avant terme (3 mois) ce qui fait qu’il est très pratique de pouvoir vérifier si la graine est germée afin de la planter au plus vite dans du terreau d’empotage. Car pour les pommiers plus particulièrement, les graines peuvent commencer leur germination parfois sans même être stratifiées, sinon après un mois seulement. C’est que dans certains cas, elles ont déjà été réfrigérées depuis un moment. À chaque printemps depuis deux ans, je trouve systématiquement des pépins germés dans les pommes Empire de fin de saison que j’achète. Vous ferez le test!

À noter que pour certaines graines coriaces, il faut aussi scarifier (c’est à dire blesser ou percer) l’écorce de la graine qui peut être très épaisse et qui, dans la nature, pourrait prendre plusieurs années dans certains cas à se transpercer et décomposer. C’est le cas par exemple des graines de néflier, des genévriers ainsi que des aubépines. Différentes techniques sont utilisées, mais dans mon cas, celle que je préfère est d’utiliser des pinces pour couper un bout de graine ou carrément l’ouvrir pour récupérer ce qui s’y trouve.

L’an dernier, j’ai d’ailleurs réussi à faire germer des graines de pruniers stratifiées sans leur coquille. Par contre, j’ai du mettre beaucoup de peroxyde dans mon essuie-tout, puisque les graines avaient tendance à moisir. Cette année, j’ai tout planté mes noyaux de prunes en pleine terre. C’est beaucoup moins de soucis.

J’ai aussi eu un très bon succès avec la stratification des plantes suivantes: mes kiwis Kolomikta, mes muroises, poiriers et pommiers ainsi que des rosiers. Cette année, je remets ça pour les framboises noires, rosiers Thérèse Bugnet, poiriers John (porte-greffes), cerisiers tomentosa et des gadelles sauvages (ribes glandulosum).

Sinon, voici un guide vraiment génial, conçu en collaboration par trois universités américaines. Le document en entier est intéressant bien qu’en anglais, car il explique les différentes méthodes pour réussir la multiplication des plantes par les semis. Toutefois, c’est le tableau aux pages 18 et 19 qui est le plus intéressant/important. Il y indique la période de dormance requise pour les principales espèces cultivées d’arbres et arbustes.

Propagating plants froms seeds – incluant un tableau des périodes de stratification (pp 18-19)

http://cru.cahe.wsu.edu/CEPublications/pnw0170/pnw0170.pdf

Le tableau en question représente les périodes de dormance et que les chiffre indiquées sur chaque barre sont les températures en Farenheit.

Pour se situer, ça donne ceci par exemple:

Pour les pommes, il faut 30 à 90 jrs de stratification à 32 à 50 F – soit de -1 à 10 degrés Celsius.

Et… si jamais vous me connaissez et que vous voulez faire un essai, contactez-moi! J’ai beaucoup de graines en stock. 🙂

Bon jardinage hivernal!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s