La Doyenné du Comice – même poire que la Taylor’s Gold?

La Doyenné du Comice est, selon moi, la meilleure poire que l’on puisse trouver sur les étals des épiceries du Québec. Les Abbés (ou Abate) Fétel sont pas mal, tout comme les Seckel, lorsqu’on en trouve mûres à point.
Mais seules les Doyenné du Comice ont ce goût juteux et même vineux et sucré qui explose dans la bouche à chaque bouchée. Hummm!

Et selon moi, la Doyenné du Comice est sans rivale… par ici en tout cas.
Je suis toujours à l’affut de nouvelles variétés; celles-ci sont si rares! Comme ci il n’existait que cinq variétés de poires européennes sur la planète. Des Bartlett, des Bosc, Anjou, des Rocha et des Abbe Fetel. Occasionnellement, on trouve bien des Forelle (jolie, mais bof), des Seckel, parfois des Packam et de rares Comice. Jamais de Beauté Flamande ou autres poires locales, il faut aller aux marchés des agriculteurs locaux pour en trouver… quand on est chanceux!

J’étais étonné d’essayer, l’an dernier, la Taylor’s Gold. Une poire rousselée, tout comme la Bosc, mais délicieuse. Autant que la Doyenné même.
Après avoir fait des recherches, j’étaits bien surpris de constater que la Taylor’s Gold et la Doyenné sont en fait… la même poire! Pourquoi, alors, les vendre sous deux noms différents? N’est-ce pas tout simplement plus mélangeant pour le consommateur?

C’est que les deux poires sont les mêmes, à une différence près.
La Taylor’s Gold est une « mutation spontanée » – en anglais un ‘sport’ – du Comice, mais en version rousselée.
Une mutation spontanée, c’est quand une branche d’un arbre se met soudain à produire des fruits d’une couleur différente. Comme la Délicieuse rouge, ou la Bartlett rouge. Dans ces cas-ci, les producteurs sont autorisés à enregistrer le fruit ainsi découvert (puisque pas vraiment créé) sous un nouveau nom et donc, toucher des redevances.
C’est comme ça qu’est arrivé sur les tablettes la Taylor’s Gold. C’est donc de dire que si vous la voyez à l’épicerie, vous pouvez vous dire que c’est une Doyenné du Comice, mais rousselée.

Et la grosse nouvelles, c’est que je devrais me faire envoyer des boutures de bourgeons à feuilles mais aussi à fleurs de Doyenné du Comice ce printemps. Je sais, c’est zoné 5, mais je vais quand même pouvoir m’essayer à la pollinisation à nouveau (croisement John X Comice?) ET à la greffe de bourgeons floraux, je veux essayer la greffe en ‘Z’, comme à Taïwan. Mais ça, c’est pour un autre billet.
Bonne fin de semaine! 🙂

Et… si vous voyez des Doyenné de Comice ou des Taylor’s Gold, n’hésitez-pas! Ça vaut vraiment le détour.

PS: En passant, il y a plusieurs Comice, c’est donc bien de préciser qu’on parle bien du Doyenné – quoique le problème ne se pose pas ici, à Québec, peu de chance qu’on trouve autre chose. Enfin, c’est « du » Comice (et non de Comice). Un comice agricole, c’est une association ou un regroupement de producteurs. Dans ce cas, la poire a été développée par le comice d’Angers, dans les années 1840. Pas si vieille que ça, la Doyenné.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s