Le plaisir de la culture de pommiers et poiriers à partir de pépins

Beaucoup de gens se refusent à semer des pépins de pommes ou de poires car ils ont été convaincus par une croyance populaire erronée que les semis de pommes et de poires ne produiront pas. Ou encore, que les fruitiers doivent absolument être greffés pour produire.
Dans un cas comme dans l’autre, c’est faux.
1- Un semis de pommes ou de poire va, éventuellement, produire des fruits si l’arbre est pollinisé (comme pour la plupart des pommiers ou poiriers)
2- Un arbre non-greffé va éventuellement produire. La seule différence, c’est qu’un porte-greffe favorise souvent une mise à fruit plus rapide (nanisant) et est souvent plus résistant aux maladies ou à la sécheresse, selon le PG utilisé.

Par contre, le désavantage, c’est que si on ne sait pas le deuxième parent du fruit (pollen qui a fertilisé le pépin), on peut avoir n’importe quoi comme mélange génétique. Car le semis donnera nécessairement un croisement, tout comme un enfant peut ressembler à son parent, mais en général, est un mélange du bagage génétique de ses deux parents, ainsi que de ses grands-parents et ainsi de suite.

Et si on connait les deux parents, on peut au moins supposer un résultat approximatif… comme celui-ci:

Je vous présente le pommetier Irène: semé par ma mère, il est le résultat d’un croisement entre un pommetier Dolgo avec un pommier Norland. Voir le résultat en image:

DOLGO   X

pommetier Dolgo (source Connonnurseries.com)

NORLAND   =

Norland

Pommier Norland – source: http://www.pointcanada.com/aidiecreek

IRÈNE

SONY DSC

Pommetier Irène (Dolgo x Norland)

Le pommetier Irène a donc hérité du port plutôt nanisant de Norland (qui est un arbre naturellement nain) tout en produisant des pommettes plutôt acide (comme Dolgo) mais aussi sucrée et délicieuses. Selon les descriptions, les pommettes ressemblent plutôt au croisement Dolgo x Haralson qui a donné le cultivar Kerr, très réputé par ailleurs.

Et pour ce qui est des poires, même si leur culture demande de la patience, j’espère bien éventuellement greffer les semis les plus résistant au froid sur mes nombreux cultivars de mon verger. De ceux-là, je garderai les semis les plus prometteurs et intéressants ; selon le goût, le calibre, l’apparence, la conservation et la résistance aux maladies.

Par exemple,  j’ai des semis de Beauté Flamande provenant de trois sources différentes, tous des environs de Québec. Beauté Flamande est peut-être sensible au feu bactérien, mais au moins, il résiste au froid et ses fruits sont gros, beurré et sucrés ainsi que de longue conservation. Selon mes lectures, j’ai de bonnes raisons de croire que mes semis de Seckel ont de forte chance de me donner de bons résultats également.

J’en ai donc pour plusieurs années à m’amuser.

Et d’ici là, j’ai rassemblé quelques témoignages et échanges sur le sujet, afin d’encourager ceux qui auraient, tout comme moi, l’élan et l’envie de faire pousser leurs pépins de pommes et de poires comme passe-temps.

Bonne lecture! 🙂

***

Référence à des plantation/expérimentation de graines de poires positives :

Discussion sur le sujet (en français) :
http://www.greffer.net/discussion/viewtopic.php?t=970
Observations à propos de semis effectués dans le but d'obtenir de nouveaux poiriers:
« 1- Qu'il m en a fallu faire un très grand nombre pour acquérir seulement 
quelques bonnes variétés 
2- Que les uns réunissant toutes les qualités désirables 
me paraissent des exceptions qu'on doit s'estimer très heureux de rencontrer 
3- Que ceux au contraire dont le mérite est nul sont dans une proportion 
infiniment plus considérable 
4- Enfin l expérience m a prouvé que les chances de faire naître de bonnes poires 
sont toujours bien plus certaines en semant des pépins de variétés de première qualité 
qu'en utilisant ceux des variétés de deuxième ordre ou ceux des poires sauvages. 
Et la croyance que je manifeste ici s accorde parfaitement avec les principes 
posés par M Decaisne membre de l'Institut dans le remarquable Mémoire qu'il lut 
à l'Académie des Sciences le 6 juillet 1863 sur la variabilité 
dans l espèce du poirier. » 
source : Dictionnaire de Pomologie - Par André Leroy, 1867, Paris - 
Tome 1er - les poires
Le livre numérique gratuit: https://play.google.com/store/books/details?id=DoHNAAAAMAAJ&rdid=book-DoHNAAAAMAAJ&rdot=1

Autre témoignage :pommier et poirier issuent d une graine
« "impossible d'avoir des fruits si l'arbre n'est pas greffé". Cette affirmation est fausse. 
Et les gens ne font que répéter ce qu'ils ont entendu ou vu écrit sans jamais l'avoir vérifié eux mêmes. 
Donc on peut avoir des fruits à partir d'arbres non greffés. »

http://www.arbresfruitiers.net/forum/pommieretpoi.html


Our mysterious Pear Tree :

« The pears were not the same as those on the wild mother tree, which by now had died. 
They were nothing great in appearance, more roundish than pear-shaped, dull yellow 
when ripe with sometimes a bit of a red blush. However the flesh was not the least bit 
gritty as pears often are, but smooth and buttery and sweeter than our Bartlett nearby. 
The other weird thing was that the buds at the end of the twigs were very pointed and 
sharp, sort of like thorns. »
source :Gene's Weekly post de Gene Logsdon
https://thecontraryfarmer.wordpress.com/2013/10/09/our-mysterious-pear-tree/

« Until the latter half of the twentieth century most of the worlds apple cultivars were chance seedlings selected by fruit growers. More than 10,000 cultivars are documented, yet only a few dozen are grown on a commercial scale worldwide (Way et al. 1990). In 1983, the best known cultivars in the world were all chance seedlings found in the eighteenth or nineteenth centuries, of which many were derived in North America: Golden Delicious(6.3 million t, origin US), Delicious(3.0 million t, origin US) Coxs Orange Pippin(1.7 million t, origin England), Rome Beauty(0.8 million t; origin US), Belle de Boskoop(0.7 million t, origin The Netherlands), Granny Smith(0.6 million t, origin Australia), Jonathan(0.5 million t, origin US), Reinette du Canada(0.4 million t, origin France), McIntosh(0.3 million t, origin Canada), and Worcester Pearmain(0.3 million t, origin England). » Source : Fruit Breed, Volume I: Tree and Tropical Fruits, chapter 1, pp 3-6. edited by Jules Janick and James N. Moore ISBN 0-471-31014-X © 1996 John Wiley & Sons, Inc

« New Seedling Pears. — Thomas H. Genin, 
St. Clairsville, O., has grown quite a 
number of seedling pears from seeds of the 
Seckel. We have been favored with sam- 
ples of some of them the past fall, and 
made drawings and descriptions which, 
perhaps, we shall hereafter publish. Several 
of them are of really high character in 
quality, much resembling their parent, but 
the size is in this age of progress against 
them, as they are little, if any, larger than 
the parent. Their period of maturity is at 
a later season, and we think one or two of 
them almost as desirable as Dana's Hovey.»
source : The Horticulturist, and Journal of Rural Art and Rural Taste, 1868

« Henry W. Edwards, at one time Governor of the State, planted pear seeds in 1817, 
from which sprang many new sorts that are now of high repute, as Henrietta, Dallas, 
Elizabeth, etc. » 
source : The Horticulturist, and Journal of Rural Art and Rural Taste, 1868

Un autre article intéressant:

http://leretouralaterre.fr/accueil/produits/biodiversite/semis-chanceux/

Enfin, je termine avec deux vidéos amateurs encourageants sur les semis de poires!

- 1st New pear tasting - https://www.youtube.com/watch?v=Z-0QLDATLy8
- 2nd New pear tasting - https://www.youtube.com/watch?v=_VS42CUlIig
Publicités

2 réflexions sur “Le plaisir de la culture de pommiers et poiriers à partir de pépins

  1. Encore un lien intéressant sur un privé qui sélectionne des fruitiers ( pommiers et poiriers principalement) à partir de semis:

    Je cite Alain Rouèche:

    « 5 La meilleure méthode.
    Les ayant toutes essayées, je peux affirmer que l’amateur peut augmenter ses chances à 30-35 % d’obtenir une bonne variété nouvelle, originale ou même commerciale.
    C’est ce le chiffre que j’ai atteint sur treize années, en axant ma sélection sur un critère clé égal à la somme dles quatres exposés ci-dessus.
    – Il faut choisir les plus beaux fruits en provenance d’un verger conservatoire où se côtoient les variétés les plus différentes »
    http://pomologie.com/pomme1/varexp/index.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s