Le circuit du Paysan – visite de vergers et réflexions sur la culture commerciale

Il y a deux semaines déjà, je profitais de notre automne doux pour aller visiter un ami virtuel comme j’aime les appeler, soit un connaissance faite via les forums de discussions et les blogues. Cet ami est nul autre que Loïc Chanut, le propriétaire de la Cidrerie Entre Pierre et Terre. Tant qu’à me rendre à plusieurs heures de route de chez moi, nous en avons profiter pour louer une chambre dans un bed and breakfast (café couette), au gite au Petit Ruisseau, du verger du même nom, situé à quelques kilomètres. Il n’en fallait pas plus pour découvrir une région insoupçonnée puisque nous nous trouvions directement sur le Circuit du Paysan (dont j’ignorais tout avant d’y aller).

IMG_6479

Le gite Au petit ruisseau, tenu parles sympathiques Johanne et Richard.

IMG_6452

Pour un début novembre, la température était splendide.

Quelle n’a pas été ma surprise de découvrir un coin de pays à tout juste une heure de Montréal regorgeant de vergers! Wow! Un trésor caché inconnu jusqu’alors que je découvrais avec grand plaisir. Un verger, puis un autre, puis encore.

Ce fut donc une fin de semaine entière passée à visiter les quelques vergers encore ouverts et surtout, à profiter de la saison tardive pour discuter avec les propriétaires et viticulteurs sur place. Une fin de semaine riche en échanges et en connaissance. J’ai pu échanger sur des sujets qui me tiennent à cœur tel que la permaculture, l’application et al gestion de pesticides, mais aussi de lutte intégrée.

Des belles discussions qui confirment mes craintes. Plus l’entreprise est grande, plus la gestion est « chimique » et préventives donc plus on épand avec ou sans symptômes. Si une bibitte ou maladie est détectée dans le coin, on vaporise. Aucune chance à prendre sur une culture de 10 000 arbres, voire plus.

Même pour ce qui est des petits vergers (je parle de 400-600 arbres), râres sont ceux qui utilisent les méthodes de lutte intégrée. On épand systématiquement. Les cultivars cultivés sont presque tous les mêmes et dictés par le marché. J’avoue avoir été un peu déçu à ce sujet. Mais ce qui dicte ce qu’on plante, c’est le consommateur et pour boire il faut vendre.

Un autre point intéressant discuté, est que la plupart des gens qui exploitent de petits vergers en vivent tout juste, à moins de bénéficier de revenus d’appoint, comme un revenu de retraite. Presque tous les vergers visités avaient un kiosque ou ils vendaient des produits transformés de la pomme: compote, gelée, jus, vinaigre, cidre, pour faire un peu plus. Et plusieurs exploitaient également une portion de terrain avec des érables afin aussi d’en vendre aussi les produits transformés (sirop, sucre, beurre d’érable). De plus, la plupart offraient des service d’auto-cueillette, d’activités de groupes et autres.

Le constat: un verger, c’est beaucoup de travail et peu/pas payant.

Donc, ça fait du bien une douche froide de réalité. L’agriculture, c’est beaucoup de labeur, gérer beaucoup d’inconnus (la température, les ravageurs, récolte jamais certaine). Et qu’il ne faut pas trop en dépendre pour vivre.

Malgré tout ça, j’ai adoré ma visite.

J’ai adoré puisque j’ai aussi fait une visite et rencontre intéressante en ce qui a trait au raisins et vins. Nous sommes allés visiter le vignoble le Chat botté, et avons discuté un bon moment de cépages et de vigne avec Normand Guénette, le propriétaire. Des belles discussions s’en sont suivies, d’échanges inspirants qui m’ont presque donné envie de me lancer dans mon propre projet de vignoble tant Normand est passionné. J’ai adoré leur vin rouge, particulièrement la cuvée 2014 en vente à la SAQ. Je vous le recommande chaudement. Un assemblage de Frontenac noir, de Marquette, de Sabrevois et de Radisson vieilli en fut de chêne.

C’était d’autant plus inspirant que je fais déjà pousser du Marquette et Sabrevois, donc deux cépages prometteurs qui pourraient éventuellement être mélangé à du vitis riparia rustique ou à un autre cépage… À suivre!

Pour en savoir plus sur l’histoire du vignoble et leur parcours: http://www.vignoblelechatbotte.ca/la-petite-histoire-du-chat-botte-le-vignoble.html

La référence en cépage à vin rustiques au Québec: Alain Breault et Mariette: http://www.viticultuream.ca/

La suite de ma visite à venir bientôt…

IMG_6477

Publicités