Le circuit du Paysan – visite de vergers partie 2 – les poires

Lors de la ma visite de la région du Suroit, j’ai aussi eu le très grand plaisir de visiter la Cidrerie Entre Pierre et Terre.

IMG_6508

La cidrerie entre Pierre et Terre à Franklin, en Montérégie

Je m’y suis entretenu longuement avec Loïc Chanut, le propriétaire, tout en visitant les installations et le verger.  C’était vraiment chouette d’échanger avec un autre passionné de la culture et de la vinification des poires, mais aussi de l’expérimentation au niveau de la vinification de vins de petits-fruits.

IMG_6502

moi et Loïc Chanut, d’Entre Pierre et Terre

J’en ai aussi profité pour goûter à un peu tout, j’avais bien sûr, très hâte de voir ce qu’il avait accompli avec les poires. J’ai donc goûté et même acheté de son poiré de Glace, ainsi que son Poiré mousseux, les deux étant des valeurs sûres. Je me suis aussi laissé tenter par le mousseux de Cidre à la canneberges, un pure délice, ainsi que par le Cidre de glace. Et ce n’est que sur le chemin du retour que je me suis rappelé que je voulais aussi attraper une bouteille de son vin/liqueur de griotte qui était vraiment chouette. Le fait d’avoir concassé les noyaux change totalement le goût et le rend vraiment parfumé et beaucoup plus intéressant. Je dis ça, puisque je fais moi-même du vin de cerises à grappe (prunus virginiana) depuis des années, mais sans jamais en briser les noyaux. Ça rappelle un goût d’amaretto ou d’amandes. Miam!

Mais sinon, disons que ce n’était pas les choix qui manquaient. Une visite vraiment stimulante et certainement d’autres échanges à venir pour ce qui est de la culture des poires.

J’ai été aussi très impressionné par les plantations du nouveau verger. Je dis nouveau, car la plupart des plantations de poiriers ne dataient que de quelques années, tout au plus. Une impressionnante installation de poteaux et de fils de fer pour la culture en espalier. Beaucoup de travail de taille en perspective afin d’essayer de maintenir les poiriers en ligne!

IMG_6499

Sur place, j’ai aussi récupéré une poire inconnu dont Loïc avait quelques caisses. La poire en question avait une vague ressemblance à une poire asiatique (plutôt picotée) avec une forme semblable à celle des poires Ya ou encore des Poires fragrantes. Elle était décrite comme une poire qui ne mûrit pas, donc qui restait croquante et dont le goût n’était pas très bon. Ma curiosité était piquée. J’avais tôt fait d’en récupérer une afin de l’identifier.

IMG_6520 IMG_6524

De retour à la maison, j’avais tôt fait de la couper en deux et de la goûter.

Et déjà, de par la texture, je pouvais confirmer que c’était très probablement une poire Kieffer. Très près de la poire asiatique, un goût mangeable, mais pas très sucrée, qui goûtait peut-être un peu « fort », pas si éloigné de ce que peut goûter une John ou une Golden Spice, donc avec de l’astringence et avec de l’acidité présente. Au final, pas désagréable, mais pas enlevant. Enfin dernier point, les graines sont immenses! Donc, encore là, un indice de sa parenté avec les poires asiatiques.

Je n’ai donc pas pu résister et j’ai récupéré les graines. Peut-être les ferai-je pousser quelque part sur mon terrain, es espérant que l’un des cinq graines soit peut-être plus résistante que son parent (j’ai déjà essayé de faire pousser la Kieffer sur mon terrain en surgreffage sur mon Ure et malgré le porte-greffe résistant, la branche était morte gelée et n’a pas survécu à un hiver à -40’C).

Au final, une belle visite donc. Une visite riche en rencontres et stimulante au niveau connaissances et échanges. Une visite qui donne envie de continuer mes cultures et expériences. Une visite qui donne déjà hâte au printemps…

Publicités