Échanges sur les pruniers européens en zone 3

Aujourd’hui, pour faire suite à mon article récent sur les semis de mirabelles, je me permets de partager une question qui m’a été posée récemment par un contact web à propos dela culture des pruniers européens en zone 3.

Je me suis dit que la question pourrait en intéresser d’autres que nous deux, alors je partage.

Q: Bonjour, je vois que vous travaillez avec plusieurs types d’arbres fruitiers et dans une zone assez limitrophe en plus. Je m’intéresse aussi beaucoup à la propagation des arbres fruitiers, les pruniers entre autres. Sur mon terrain de Portneuf, j’ai greffé plusieurs variétés parmi les hybrides américains/japonais. J’ai quelques difficultés avec les types européens comme Mont-Royal par exemple mais je sais qu’il peut être sensible au site de plantation; cultivez-vous cette variété ? si oui, se comporte t-elle bien dans votre secteur ?

R: Oui, nous cultivons des pruniers de type Européen à Petit-Saguenay.

Nous avons deux Mont-Royal qui ont très bien résisté à -45’C depuis plusieurs années. Par contre, d’expérience, les autres européens (prunus domestica) testés à ce jour sont à la limite de leur rusticité à Petit-Saguenay en zone 3b environ.
Mon père a réussi à garder un abricotier Harcot 20 ans, mais je ne sais pas sur quoi il était greffé et l’arbre est maintenant mort.
Sinon, d’expérience, les autres pruniers européens sont limite chez nous:
Le Reine-Claude n’est pas assez rustique (zone 4-5)
Le mirabelle survit tout juste (probablement plus zone 4), tout comme le damas (le québécois et le damas Européen). Je prévois aussi tester la Stanley (prune de type Européenne, supposée rustique), tandis que je teste présentement d’autres variétés comme le Pershire yellow egg. J’ai plusieurs semis à différents stade de développement en test, ainsi que d’autres semis en route à partir de graines de mirabelles, de myrobolan et de prunes de style italienne nommée « Rompré », achetée au Marché du vieux port (en provenance de l’île d’Orléans).

La prune de style italienne, dont j’ai parti des semis, est originaire de l’île d’Orléans, près de Québec.

Mon objectif: tomber, peut-être, sur des mirabelliers ou p. domestica/insititia plus rustiques afin de complémenter le Mont-Royal.
Pour les porte-greffes, les Européens poussent assez biens sur leurs propres racines. Toutefois, le damas (le québécois de style prune d’Ente ou insititia) se greffe sur prunier japonais également, je l’ai testé avec succès avec greffe en oeil dormant en août.
Pour les autres, il faut greffer sur myrobolan ou européen ou nigra. Ça fonctionne peut-être sur americana, je ne l’ai pas testé.
Salutations!

mer 08:16

Q: (…) Vous parlez des abricotiers, vous en avez ? J’ai un pêcher et un nectarinier que je couche au sol chaque automne et les relève au printemps; çà fleurit souvent trop tôt lorsque les gelées ne sont pas encore toutes terminées. J’ai deux jeunes prune / abricot de Green Barn à l’essai depuis l’an dernier; on verra ce qu’ils feront. Pershire yellow egg est une prune jaune ? Tenez-moi au courant sur comment elle se comportera. Si cela ne vous embête pas, j’aimerais continuer à échanger des informations avec vous sur la propagation et le comportement des arbres fruitiers rustiques. Je vous remercie beaucoup encore et bonne journée vous !

mer 09:43

R: Bonjour! (…) Content d’entendre ça pour les pêches. Je veux justement en faire l’essai greffé sur chum Convoy. Et oui, il me fera plaisir d’échanger à nouveau sur ce sujet!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s