Constat des greffes qui débourrent et des variétés qui ont gelé

De retour du verger ou j’ai pu enfin constater les greffes qui débourrent ainsi que les décès suite à l’hiver – que je n’avais pourtant pas cru si froid.

Plusieurs greffes débourrent comme prévu, alors que d’autres boudent et tardent à débourrer.

Aussi, c’est le temps de l’année ou je peux constater les variétés pas assez rustiques! Dire que cet hiver, le froid n’a pas dépassé la barre des -35 degrés Celsius, j’aurais pensé que tous mes pommiers et poiriers seraient en pleine forme. Erreur! Est-ce la vague de chaleur tardive à l’automne qui a chamboulé la mise en hiver? Ou est-ce les vagues de chaleur en janvier? Je ne le saurai jamais. Néanmoins, force est de constater que j’ai perdu plusieurs variétés et que j’ajouterai désormais leur nom à ma liste des cultivars à éviter.

J’ai plusieurs variétés qui ont gelé et des branches entières de mon pommetier surgreffé qui sont mortes: j’ai complètement perdu mon Scarlett O’Hara, mon Entreprise et mon Belmac, tandis que sur le même arbre, les branches de Sweet sixteen, de Pristine et de September Ruby sont en pleine forme et se préparent à fleurir.
Côté poiriers, mes porte-greffes John et Ure et la plupart des variétés qui s’y trouvent n’ont aucun dommage, excepté pour une variété de France nommée « gras vert » qui est en train de mourir ainsi que mon Parker. Sauvignac et Ste-Julienne ont partiellement gelé, tout comme Beauté Flamande.
Mon shipova greffé sur Sorbier est, lui, complètement mort, alors que celui greffé sur aronia (l’hiver sous la neige) a survécu.
Mon pommier Liberty vivote et William’s pride est mort.
 
Donc, je continue de viser plutôt des variétés zonées 2-3 et laisserai graduellement tomber tout ce qui est zone 4.
Dans ces cas-là, je suis toujours content de faire mes tests à petite échelle plutôt qu’à coup de 100 arbres. Les pertes font moins mal.
 
Sinon, grosse job de plantation, encore environ 80 semis plantés (croisements de pommes et poires principalement). Néanmoins, j’ai commencé à supprimer des semis d’il y a 4-5 ans pas assez rustiques. Principalement des semis d’Anjou et de Bosc, décidément très peu rustiques.
J’ai tout de même pris un peu de temps pour installer mes buttes de courges et concombres, planter une petite douzaine de tomates et une autre de maïs, quelques fines herbes, et haricots grimpants.
 
Nous avons même planté/préparé notre première butte de champignons, soit le strophaire rouge vin. C’est quand même long avant que ça produise, de mémoire, je crois qu’il faut attendre presque 3 mois? Enfin, on verra vers le mois d’août sinon à l’automne le résultat! Et si ça fonctionne bien, j’en propagerai au verger, car pour le moment, c’est installé en sous-bois.

Alors voilà!

Sinon, voici quelques autres variétés à éviter au Saguenay, selon le constat d’un ami, David Joly (Au Verger Ancestral) à St-Didace, dans le coin de Lanaudière (aussi en zone 3-4), qui lui aussi a perdu plusieurs arbres cet hiver:

« (…) notre Golden Russet et Egremont Russet agonisent (heureusement, on a un petit Minnesota Russet qui va bien et j’ai pu faire plusieurs greffes de Morden Russet ! ), nos 2 Liberty ont l’air d’avoir de la misère, notre plus gros William’s Pride semble mort (mais 2 autres semblent ok), tout ce qui était plus limite en rusticité, mais qui avait bien passé les derniers hivers en arrache (heureusement, ce n’est que quelques-uns), notre pommier Entreprise a repris, mais n’a pas beaucoup de feuilles ; plusieurs poiriers sont morts (Luscious, Ste-Sophie, Northbrite, Harrovin Sundown, un petit Savignac, notre gros Savignac de 5-6 ans semble avoir des problèmes – les feuilles sont devenues tombantes et molles, une couple de chaudières 5 gallons d’eau ont replacé les choses, mais les feuilles semblent maintenant endommagées). Une amie horticultrice dans le coin de Joliette a perdu ses 2 pommiers Priam et ses 2 pommiers Freedom alors qu’elle est probablement en zone 5a (ou au pire, 4b).

Heureusement, beaucoup d’arbres sont en pleine forme. Grosso modo, tout ce qui vient du Minnesota (Haralson, Lautz, Chestnut, Sweet 16, Frostbite, Keepsake, Honeycrisp, Red Baron, …) semblent en pleine forme, de même que les variétés qui viennent de la pépinière à Ste-Julienne et toutes les variétés qui ont une pommette comme parent proche. »
Je termine avec quelques photos des greffes qui reprennent. Restera à voir si la greffe ne meurt pas après un mois (incompatibilité) sinon après l’hiver car non-rustique…

Pommier Cox’s Orange sur Bud118. Je n’ai pas pu résister, même si la rusticité ne devrait pas être au rendez-vous.

Pommier Red Baron sur Bud 118

Poirier Korshinskyi sur poirier Ure

Poirier Harvest Queen greffé en latérale sur le tronc du porte-greffe, un poirier John. J’ai hâte de voir si Harvest Queen est aussi rustique qu’il est réputé l’être.

Poirier Thorn sur John

Ici, une double greffe, soit avec intergreffe: un abricotier Debbie’s Gold sur Cherry-Plum Opata (greffé environ un mois à l’avance et conservé au frigo). Le tout regreffé mi-mai sur un prunier americana.

Pommier Norkent sur Bud118

Ici, greffe en écusson dormant qui a sauvé mon Haralson. Celui-ci était sur un M26 depuis plusieurs années et gelait à chaque année. La couverture de neige tardive a complètement eu raison de lui cette année (à gauche). Après cinq ans, mon arbre est complètement mort. Mes bourgeons greffés sur pommetier ont sauvé mon arbre. On reprend tout à zéro.

Prunier salicina Brookgold sur prunus nigra

Bon jardinage! 🙂
PS: Un ami me demandait quel était mon échantillonnage pour déterminer la rusticité d’une plante? Soit, combien d’exemplaire est-ce que je teste. La réponse est: en général, j’essaie toujours d’avoir au moins deux arbres de chaque variété. Néanmoins, dans le cas de variété réputés moins rustiques (genre zone 3b-4 pour moi), je les greffe en tête et ne dispose souvent que d’un seul exemplaire. Je juge que c’est suffisant pour le besoin de la cause, soit suffisamment d’énergie déployée pour tester une plante qui ne survivra probablement pas, à moins d’une heureuse surprise.
Publicités

Une réflexion sur “Constat des greffes qui débourrent et des variétés qui ont gelé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.