Attention aux porte-greffes supposément rustiques

Lors de mon dernier passage au verger, j’ai pu constater quelques bons et d’autres moins bons coups. Ma plus grande déception, dans ce cas, a été la perte de plusieurs  arbres et d’autant de greffes.

Après ma première visite, le temps a été exceptionnellement chaud et sec (après un printemps froid et gris), si bien que ça a fait « cramer » une grosse majorité de mes greffes de pommiers ainsi que certains pruniers, qui avaient pourtant bien repris après deux semaines.
Heureusement, mes poiriers sont presque tous sains et saufs.  J’ai quand même perdu mon Krazulya et j’avais aussi du Vekovaya qui lui aussi semble mort. Sinon, toutes mes autres greffes de poiriers semblent avoir survécues, c’est déjà ça!
J’ai eu moins de chance avec les pommiers. J’en ai sauvé tout de même quelques greffes et je garde encore espoir que – peut-être – certains autres reprennent, mais disons que ça regarde mal.
Comme on dit, les années se suivent mais ne se ressemblent pas.
L’hiver aussi a été dur.
J’ai perdu des arbres de trois ans dont les porte-greffes (des semis de selkirk achetés commercialement) n’étaient pas assez rustique. Ils ont gelé sous le point de greffe. Quand on dit que ce n’est pas le cœur de l’hiver qui fait mal aux arbres, mais le début et la fin de celui-ci. Novembre 2016 a été mortel. Les froids sont arrivés trop vite pour certains arbres qui n’avaient pas encore de couverture de neige, un test ultime pour les porte-greffe.

Mon Haralson, greffé sur M26 de trois ans est mort. Je comptais justement essayer de changer son porte-greffe. Heureusement, il reprend de la base, mais j’ai quand même perdu trois ans pour rien.

Dans certains cas, j’avais greffé, sans me méfier, des yeux dormants à environ 25-30 cm du sol. Et mes pommiers rustiques ont gelé en dessous du point de greffe. Dans d’autres cas, comme sur la photo, c’était des arbres greffés sur porte-greffe pas assez rustique, comme sur du M26. GRRRRR! À partir de maintenant, ça sera du Bud118 ou des semis de Dolgo.
Pour deux de mes arbres mourants, j’ai essayé des greffes de sauvetage dimanche (car le bois du bout des branches était encore vert) alors j’ai greffé et tout emballé avec du buddy wrap pour quelques semaines. J’étêterai dans trois semaines, des fois que… mais j’ai peu d’espoir.
Au moins, je n’ai pas perdu ma greffe de Shipova (un hybride de sorbier et poire) depuis le temps que j’en voulais! Et j’ai même réussi une greffe d’abricot avec branche intermédiaire de convoy.

Greffe d’abricotier Moongold sur prunus nigra en utilisant un intermédiaire de chum Convoy. J’ai laissé guérir l’abricot sur Convoy un mois au frigo (ziplock) avant de greffer à nouveau sur le prunier. Ça marche!

 Au final, mes boutures qui ont survécues semblent être celles qui ont le plus tardé et/ou qui étaient au nord ou à l’ombre.
Sinon, j’espère que vos boutures ont mieux réussi que moi. Avec la canicule, je dois bien être descendu à un taux de 60% comparativement à d’habitude, c’est pas très bon. Mais au moins, je sais que je n’y suis pour rien.
En contrepartie, j’ai une bonne nouvelle: mes expériences de pollinisation ont toutes fonctionné! Mon vieux pollen congelé de deux ans (celui de poires) était encore viable. J’ai réussi à polliniser le golden spice (qui était le seul poirier en fleur) et dimanche, avant de partir, il y avait 5 poires en route, dont au moins une issue d’un croisement avec mon pollen congelé de Doyenne de Comice! Voir mon billet précédent sur le sujet: https://poirespetitsag.wordpress.com/2015/03/28/la-congelation-du-pollen-ou-comment-croiser-deux-plantes-qui-ne-fleurissent-pas-en-meme-temps/
IMG_6433

Euréka! J’ai réussi à polliniser le vieux Golden Spice de mon père avec du pollen congelé depuis deux ans de poirier Doyenné du Comice!

J’ai aussi une pomme en route, issue de mon croisement Norland x William’s pride (croisement intéressant du point de vue rusticité, récolte hâtive, résistance potentielle à la tavelure et chair rosée). Et enfin, Priscilla x Honeycrisp! 🙂
Même si je ne constaterai pas le résultat final avant plusieurs années, je suis déjà super enthousiasmé du potentiel de ces croisements.

Mon Norland à l’étape de la floraison. Il était seul dans son coin, alors je n’ai pas enlevé les pétales.

Deux semaines plus tard, une pomme Norland issue de ma pollinisation avec du William’s pride (rustique, naturellement nain, hâtif, résistant aux maladies et potentiellement, à la chair rosée)

 

Deux fruits de Priscilla, une des variété de pommes les plus résistantes à toutes la maladies, pollinisée avec du Honeycrisp; en espérant obtenir la résistance aux maladies de la mère, rustique et savoureux, et aux fruits croquants et un gros calibre, comme ceux du père!

Enfin voilà! Et je ne parle même pas des petits fruits. J’aurai un déluge de gadelles, cassis et mûres, en plus de framboises, fraises et quelques prunes.

Déluge de fleurs sur mon mûrier sauvage de St-Tite. Je l’ai taillé déjà deux fois cette année afin de concentrer l’énergie dans les fruits pour avoir une meilleure production. Je crois que ça regarde bien. De plus, le plant est beaucoup plus hâtif que l’autre variété sans épines sans nom que j’ai, et qui est en plus n’est pas rustique du tout (comparé à celui-ci).

Plusieurs fruits en route sur mes branches de CHUM greffées sur prunus nigra. J’en aurai davantage, si ce n’était des charançons qui ont percé les 9/10 de mes fruits. Je vais devoir trouver comment régler ce problème le printemps prochain (de façon bio, de préférence).

Yééé! Ça commence à produire. J’ai hâte au mois d’août! 🙂
Je termine avec des photos des mes néflier, que j’ai enfin pu voir en fleur pour la première fois. Cette année, je les cueillerai le plus tard possible, soit en novembre. J’espère bien que cette année, ils auront le temps de grossir assez pour y goûter comme il faut!
 Bon jardinage!

nouvelles de mai

Ça y est, la température commence enfin à être un peu plus décente.
C’est l’heure de mes dernier semis avant la mise en terre début juin. Au Saguenay, les gels du printemps sont monnaie courante, la première pleine lune de juin nous joue souvent des tours, la vlimeuse!

C’est aussi la saison des greffes de courges. J’ai été malchanceux les deux dernières années avec greffes. Entre les attaques de chevreuils et de limaces ou encore le fumier trop frais, disons que j’ai un peu abusé des occasions d’apprentissage et j’espère bien avoir fait le tour. Néanmoins, je n’abandonne pas et cette année, je privilégierai la greffe par approche.

Mes semis de cantaloup, melon et courge en bas (mon hybride Hubbard x Grey ghost) que j’utilise en porte-greffe.

Surtout, la saison de la greffe bat son plein! De Montréal à Petit-Saguenay, c’est en plein de temps de faire du greffage. Je suis allé greffer une variété de prune sur un prunier isolé d’un ami cette semaine et pars tout à l’heure refaire la même chose pour un pommier à Baie-St-Paul. D’ici là, mon bois à moi dort sagement au frigo. Car ma semaine de greffage intensive, ça sera la semaine des Patriotes. Je garde à cet effet une semaine complète en tête à tête avec mon verger.

En train de greffer un prunier cette semaine. Photo par Louis Carrier.

D’ici là, je vous partage quelques photos de mes semis d’intérieur, qui m’aident à patienter jusqu’à ce que je m’amuse « pour vrai ».

Les reconnaissez-vous? Des pommiers, poiriers et un pêcher.

À gauche, mon semis de Chum Opata x Convoy et à droite, un pommier.

Mes semis de mirabelle.

Des semis de myrobolans. Ça pousse vite, ça!

Quelques semis de Tomentosa, avec au fond, un poirier Regelii

Mes semis de fraisier Cabot X. C’est fou comme ça pousse vite!

Et… j’allais oublier!

Bonne fête des mères! 🙂

 

Greffage 101 – sources de PG et de greffons

capture-decran

Ça y est! C’est déjà terminé. C’était une chouette édition de la fête des semences (deux jours!) et j’ai pu y donner ma conférence express sur le greffage 101. La salle était presque pleine; des gens curieux, allumés et participatifs. J’ai été surpris du nombre de questions pointues et pertinentes. Une très belle expérience quoi! Il y a du potentiel pour un bon futur bassin de greffeur pour échanger.

Toutefois, 45 minutes, c’est très court.

J’ai eu plusieurs question sur mon expérience de greffe de tomate sur patate (deux membres des solonacés). Mon expérience s’était soldé par un résultat moyen. Reste à savoir si le choix du cultivar de tomate y est pour quelque chose… Voici donc un lien vers les deux articles sur ce sujet: https://poirespetitsag.wordpress.com/?s=pomate&submit=Recherche

Pendant ma conférence, j’ai présenté de façon très brève ma liste de sources de porte-greffes ainsi que de greffons. Pour ceux qui n’auraient pas eu le temps de tout prendre en note, tel que promis, je remet l’information ici, sur mon blogue.

Pour les Porte-greffes:

Verger Pépinière Bord du lac: Ils ont de tout et à prix raisonnable (mais je ne les ai pas encore essayé – vous me direz!): https://www.vergerpepiniere.com/porte-greffe

Pommiers: Whiffletree, GreenBarn (variés)
et ArbresEnLigne (malus siberica et Antonovka à partir de semis)
Poiriers :Whiffletree et GreenBarn (OldHome x Farmingdale – OHF 333) et ArbresEnLigne vendent du poirier Ussuriensis (poirier de Mandchourie)
Pruniers :Lafeuillé (lafeuillee.com) ont des prunus nigra et americana

Notez que dans certain cas, il faut contacter les vendeurs car l’information sur la vente des PG n’est pas sur leur catalogue/site.

Pour les greffons (bois à greffer)

Site d’échange:

-Fruitiers.net (davantage d’utilisateurs Français, mais de plus en plus de Québécois)
-Gardenweb canada (en anglais) – http://forums.gardenweb.com/forums/excan

Pépinières :
http://www.appleluscious.com
O’Keefe Grange, Dubbinton Ontario (j’ai déjà passé un commande avec eux et le bois pour greffer était très petit et moyen)
Corn Hill Nursery (pommes et qlqs poiriers)

Germoplasmes: ceux-ci privilégient la recherche, mais sont relativement ouverts aux requêtes du grand public.

GRIN.ca soit le site de Ressources phytogénétiques du Canada
Et le germoplasme de l’Université de Saskatchewan – soit le Prairie Fruit Genebank)

Voilà!

Et si quelqu’un a de l’information à ajouter à cette liste, n’hésitez pas à m’en faire part!

PS: J’ai quand même réussi à trouver un cinq minutes pour me rendre à la pièce d’échange de semis et après m’être délesté de quelques sachets de graines récoltées par moi, j’ai mis la main sur de la courge Potimarron. Une nouvelle variété de hubbard à faire pousser. Super!

Atelier de greffage 101 c’est dans une semaine!

Rappel: C’est bientôt, soit dans une semaine que je donnerai ma conférence sur le Greffage pour débutant!

Quand? dimanche 5 mars 12:30

Où? à la salle « Espace Jardin » de l’Université Laval (carte ici)

Combien? Gratuit!

J’y parlerai de quelques greffes courantes et faciles à faire, qu’on peut pratiquer avec du matériel déjà à la maison.

Le lien: Fête-des-semences-de-quebec-2017

C’est gratuit, venez en grand nombre! Pour plus d’info, voir: http://www.facebook.com/ events/465205413867067

ou http://fete.agricultureurbaine.net/conferences/espace-jardin/

Au plaisir de vous y voir!

Atelier de greffage pour débutant à la fête des semences de Québec – dimanche le 5 mars 2017

Tout frais, tout chaud! Ça y est, la date et l’heure sont sortis.

Ma conférence sur le greffage pour débutant sera le dimanche 5 mars 12:30 à la Fête des semences et de l’agriculture urbaine de Québec. Rendez-vous à la salle « Espace Jardin« , à l’Université Laval.

Le lien: Fête-des-semences-de-quebec-2017

C’est gratuit, venez en grand nombre! Pour plus d’info, voir: www.facebook.com/ events/465205413867067

ou http://fete.agricultureurbaine.net/conferences/espace-jardin/

Et d’ici là, voici quelques photos de mes plantations d’hiver.

Mon figuier LSU Gold (greffé sur semis de figue de Turquie) est en pleine forme!

Tellement, que suite à une taille d’automne un peu drastique, il a repoussé et a produit une fructification d’hiver. J’avais une belle figue de prête ce matin. Encore plusieurs à venir. Miam!

img_4231

LSU Gold, un bon achat pour moi, il produit bien à l’intérieur; de belles grosses figues sucrées au bon goût de miel.

img_4173 img_4215

Aussi, c’était ma semaine d’embouteillage de ma dernière recette de vin de la saison, mais aussi ma première recette de vin de framboise-cassis. C’est une bonne façon de recycler un surplus de production. La recette: moitié-moitié framboise-cassis, avec un peu de raisin secs ajoutés, tout juste pour aider le moult. Ma production n’aura donné qu’une demi-recette (environ 10 litres). Alors j’ai acheté de jolies petites bouteilles, des fillettes de 375ml. Comme ça, je pourrai étirer un peu la dégustation (sinon ça part trop vite). Rendez-vous en décembre pour déguster le tout, le temps de laisser vieillir.

Jolie couleur, non?

img_4198

Et je termine avec mon amaryllis qui se préparer à refleurir. Je suis d’accord, c’est peut-être purement esthétique comme plante, mais de jolies fleurs en hiver, c’est bon pour le moral!

Ce sera sa deuxième année et floraison. J’avais prévu le composter après que les fleurs se soient fanées l’an dernier, mais quelqu’un m’a convaincu de lui donner une chance. Finalement, ça en valait la peine.

img_4238

Bon jardinage!

Bonne année 2017 – le partage en cadeau!

confetti-background-free-vector-139Bonne année 2017!

Je vous souhaite du succès dans vos expériences jardinage, des récoltes abondantes, du plaisir et de la sérénité dans vos projets.
Et surtout, je vous souhaite de tisser des liens forts avec votre famille, vos amis et votre communauté!

Un petit mot sur le partage, puisque c’est la raison d’être de mon blogue. Dans mon cas, même s’il s’agit d’un partage de connaissance, et que j’essaie de faire sauver du temps et de faire profiter aux autres des bons coups et expériences réussies, le partage, c’est le plaisir de donner. Donner sans attendre quelque chose en retour, d’abord. Avec néanmoins cette possibilité, cette surprise du peut-être, d’un éventuel retour de l’autre. Et pour l’avoir pratiqué depuis un petit moment, c’est vraiment gratifiant et satisfaisant.

C’est surtout particulièrement agréable, puisque le parallèle est là, c’est comme de semer une graine. Parfois, rien ne se produit, la plante meurt (sécheresse, maladie, insectes, autres aléas météo). Alors que le plus souvent, c’est l’inverse qui se produit; d’une simple graine surgit une plante parfois immense, et dont la récolte sera généreuse et abondante. Comme quoi les plantes, c’est un peu comme nos relations, il faut les entretenir et souvent, elles nous le rendent au centuple! Mais si on plante une graine dans la forêt dense et qu’on ne s’en occupe pas…

Enfin, au delà de cet élan philosophe de début d’année, je tenais à partager cet état d’être que je trouve tout à fait grisant (et que j’espère, pourra en inspirer d’autres). Le partage, c’est le fun! Depuis le début de mon aventure sur ce blogue, j’ai pu rencontrer plein de gens de divers milieux, des amateurs comme de passionnés. Et ces rencontres ont toujours été très nourrissantes. Merci de me lire!
Alors pour terminer, j’en profite pour partager cette ressource vraiment bien, découverte récemment au hasard de mes explorations sur les réseaux sociaux.

Le site s’appelle Le jardin comestible et en voici une capture d’écran:

capture-decran

Capture d’écran du site Le Jardin Comestible. Une mine d’or d’information sur la permaculture. http://jardincomestible.fr/

À propos du site:

«  Le Jardin Comestible est un site d’information sur des thèmes qui me sont chers comme la permaculture, l’agro-écologie et la sobriété heureuse. C’est aussi le nom d’une toute nouvelle pépinière de plantes vivaces, utiles et souvent comestibles située dans le Rhône, à côté de Lyon. » (http://jardincomestible.fr/)

Pour en savoir plus: http://jardincomestible.fr/a-propos/

Conférence de novembre sur l’art de la greffe est en ligne!

Vous avez manqué la conférence sur la greffe en milieu rustique du début novembre dernier à l’Université Laval?

Que cela ne tienne, les gentils bénévoles et organisateurs de VIA Agro Écologie l’ont filmée et le tout est désormais en ligne ici: https://www.youtube.com/watch?v=BY_fmK5xLNI

Sans prétendre à la science infuse, ni à la vérité absolue, le tout se voulait une conférence présentant le résultat de mes recherches et expérimentations à ce jour. Quand on parle en « Je » et de ses expériences personnelles, d’habitude, c’est difficile de se tromper.

affiche-85x11-300dpi

En gros, j’y présente mon projet de permaculture en zone 3, au Saguenay. J’y aborde les variétés de fruitiers rustiques, les greffes (greffons et porte-greffes) ,et surtout, j’y partage mes sources à ce jour (végétales et bibliographiques).

Bon visionnement! 🙂