La taille des baies de kiwis (kolomikta), ça marche!

Ça y est! Je peux enfin confirmer que ma technique de taille des kiwis précédemment expliquée fonctionne. Lien ici: https://poirespetitsag.wordpress.com/2017/06/10/suivi-du-verger-et-question-sur-la-taille-des-kiwi/

En voici la preuve:

Étant donné que ma variété est plus tardive, je ne commencerai les cueillettes qu’en août, mais certains sur les réseaux sociaux (probablement plus dans le coin de Montréal), ont déjà commencé à récolter leurs baies de kiwi.

Je prendrai une photo de mes récoltes (pour donner une idée de la quantité), mais ça regarde bien. Considérant qu’à l’épicerie, ils vendaient un petit casseau de baies de kiwi 2,99$, mes fruits valent cher! Et en plus, je les ai fait pousser moi-même.

Sinon je me permets également de partager quelques photos de fruits à venir.

Tout d’abord mes concombres du pérou (Achocha). Super content du résultat! Ils commencent déjà produire alors que les mois de juin et juillet on été assez secs sur mon terrain. Les concombres n’ont presque pas poussé et les achochas vont, eux, produire! 🙂 Très hâte d’y gouter!

Les plants produisent des grappes de fleurs mâles et des fleurs femelles séparément. Sur la photo, on voit deux petits fruits (femelle) qui s’en viennent.

Je termine avec des images de pommes à venir jamais goûtées encore (par moi). Sur la première photo, les William’s pride (ou fierté de William), greffées en surgreffage sur pommetier en bout de branche. Mon arbre de William’s pride, lui, a souffert du gel et reprend de la base.

Sur la dernière photo, mes deux premières Priscilla. Les pommes ne viennent pas grosse (limite pommettes), mais leur goût est supposément excellent!

Ma première production de William’s pride

Mes deux premières pommes Priscilla! J’ai hâte d’y goûter! 🙂

Bon jardinage!

Suivi du verger et question sur la taille des kiwi

Désolé si j’ai été un peu taciturne ces dernières semaines, j’ai mis beaucoup d’énergie sur mon terrain, printemps oblige, ce qui laisse peu de temps pour écrire et partager.

Comme à tous les ans depuis trois-quatre ans déjà, je me suis fait prendre au piège d’accepter trop d’échanges de bois à greffer. Par conséquent, j’ai donc fait plus de 100 greffes, dont 95 chez moi et une dizaine chez des amis. Et… j’ai réussi à tout faire ces greffes sans presque me couper. Il fallait bien au moins une cicatrice de guerre, car on dirait que ça fait partie des incontournables et je la porte fièrement pour le temps qu’il lui reste, c’est déjà presque disparu.

Quelques photos de greffes qui reprennent…

 

Nouvelles du verger:

Sinon, bien que la plupart de mes greffes repoussent déjà, je me permets de partager quelques déception mais aussi de jolies surprises au verger:

D’abord, ma plus grosse déception, c’est mes deux plus gros poiriers, dont les bourgeons floraux semblent avoir gelé, car bien que mon Ure avait fleuri l’année précédente, il n’avait aucune fleur cette année, pas plus que mon John.

Mon poirier Seckel sur amélanchier est toujours vivant, mais a été rudement malmené par la grosse couche de neige et de glace. Il est à moitié cassé et repousse très timidement. Il ne lui reste plus qu’un seul bourgeon floral et je ne suis pas sur qu’il fera grand chose, mis à part survivre.

Par contre, j’ai mes premières fleurs de quelques pommiers. Mon Priscilla fleurira pour la première fois, ainsi que mon Norland. J’ai aussi une branche de Pristine et de William’s pride qui préparent leurs boutons. J’aurai donc peut-être la chance de gouter quelques pommes inédites, tout n’est donc pas perdu.

Enfin, même chose côté prunes, j’ai mon prunier Yellow Egg (Pershore) ainsi que mon semis de prunier Américain qui fleurissent, eux aussi, pour la première fois, laissant présager de potentiels fruits à venir.

Premières fleurs sur mon semis de prunier américain

De plus, la grosse couverture de neige n’a pas que des inconvénients; les chaenomeless ou coings japonais n’ont jamais été aussi beaux, pour le plus grand plaisir des bourdons et oiseaux mouches. Jugez-en par vous-même:

E9F353AB-29DC-42B1-BA37-8A91FDE3E238

Aussi, mes trucs saisonniers sont plantés: mes tomates, patates, poivrons et piments, mes courges ainsi que mes quelques nouveaux légumes exotiques (gumbo et achocha, ou concombre du pérou).

Mes deux plants d’achocha mis en terre

Et aussi, depuis le temps que j’en cherchais, j’ai enfin mis la main sur du Shipova (sorbopyrus auricularis), l’hybride poires-sorbier. C’est zoné 4, mais je voulais tout de même l’essayer. J’en ai donc greffé sur mon sorbier (en bout de branche), mais aussi sur de l’aronia donc plus bas, puisque c’est sensé aider à mettre à fruit plus rapidement.

Les bourgeons débourrent déjà:

47D84752-2B1A-4409-A523-880C39F3E49C

Le sorbopyrus Shipova, greffé sur Aronia.

* * *

Comment tailler et faire fructifier les kiwi…

Mes kiwis seront couverts de fleurs cette année. Je pourrai enfin déterminer quel est le sexe des plants qui restent (j’en avais deux inconnus).

Étant donné que quelqu’un m’avait demandé si je savais comment tailler et faire fructifier les kiwi, j’en profite pour reprendre ici la question afin de tenter d’y répondre.

Comment faire fructifier les kiwis?

Point 1: pour obtenir des fruits, il faut un plant male ET un plant femelle d’une même variété (par exemple actinidia kolomikta vs arguta). Ce sont des plantes dioïques, soit qui ne portent des fleurs que d’un seul sexe. On recommande souvent au moins un plant mâle pour 5 femelles. En cas de doute (ou de semis) voici de quoi ont l’air les fleurs afin de les distinguer:

Actinidia kolomikta – fleurs mâles

 

Actinidia kolomikta – fleurs femelles, on distingue le mini fruit au cœur de la fleur.

Note1: Il existe supposément des variétés de plants femelles auto-fertiles. Je ne les ai pas testées, alors si quelqu’un a eu du succès avec celles-ci, je vous invite à le partager! La variété de k. arguta Issaï le serait, selon ce site: http://vegetolab.com/kiwi_fr.html

Note2: Il peut arriver que les fleurs soient boudées par les pollinisateurs. Rien n’empêche de jouer nous-même au bourdon avec un pinceau afin d’aider un peu la nature et d’ainsi s’assurer une meilleure mise à fruit.

Point 2: la taille.

J’ai lu plusieurs articles sur le sujet et je n’ai rien trouvé de vraiment « parlant » ou de suffisamment bien fait (en tout cas à mon goût). Je résumerai donc ce que j’ai retenu de mes lectures.

  • La taille de kiwi se fait un peu comme celle d’une vigne; le plant produit des fleurs sur le bois de l’année précédente.
  • La plante à tendance à pousser beaucoup, alors il faut contrôler l’excédent de bois, sinon la plante ne produira que du feuillage. On peut tailler en cordon et garder des branches secondaires, car c’est là-dessus que le plant fructifiera. Sur certains sites, on propose deux tailles: d’hiver et d’été (contrôle de la pousse excessive).
  • Quand on taille, on veut supprimer les « gourmands » et repousses à la base de plant, qui sapent l’énergie du plant principal. On nettoie donc/dégage la base de plant de repousses non désirées.
  • Je taille/raccourcis aussi les branches fruitières afin de concentrer la sève dans les bourgeons à fleurs ce qui améliore la production. Pour ma part, j’ai attendu début juin pour savoir quels bourgeons allaient fleurir et j’ai raccourci d’un bourgeon floral (supprimé une grappe de fleur) sur chaque branche fruitière. Toutefois, les kiwis ont tendance à « couler » et il est préférable de tailler avant que les bourgeons soient débourrés.
Kiwi kolomikta X

Mes kiwis kolomikta X avant la taille. Je les ai installés sur un treillis en éventail, que je couche au sol à chaque hiver et relève le printemps venu. Ça fonctionne très bien!

Les kiwis après la taille. La base est désormais dégagée, les « gourmands » sont supprimés et les fruitières écourtées.

Les branches fruitières sont légèrement raccourcies et on devine déjà les boutons floraux qui se préparent.

IMG_6575

Photo de branche du kiwi mâle, que j’ai taillée plus longue afin de laisser plus de fleurs. Tout de suite après ou même pendant la floraison, on peut étêter les branches des plants femelles afin de concentrer l’énergie dans la production des fruits.

Quelques vidéo/lecture afin de compléter la réflexion sur la taille des kiwis:

Un article intéressant (en anglais) sur le sujet: http://sfp.ucdavis.edu/pubs/brochures/Kiwi/

Vidéo, en français, sur Rustica: https://www.rustica.fr/tv/tailler-kiwi,8979.html

Salutations et bon jardinage!

Expérience de greffes de boutons de fleurs

J’avais vu dans un reportage qu’à Taiwan, on greffe des vergers entiers de poiriers avec des boutons (floraux) importés du Japon. Pas par lubie, mais bien parce que le Taiwan étant trop au sud, certaines variétés plus nordiques ne réussissent pas former des fleurs (pas assez d’heures de froid ou « chilling hours ») ni donc à fructifier. La solution était toute simple, importer les bourgeons floraux et les greffer sur des variétés vigoureuses. On appelle aussi cette technique le « high bud grafting ».

flower bud high graft - fftc.agnet.org

Le high bud grafting à Taiwan – source fftc.agnet.org

Il est toujours possible également de greffer des boutons floraux en août, mais étant un homme de défi, j’ai plutôt eu envie d’essayer cette technique par moi-même, histoire de voir si j’arriverais à la faire fonctionner. Voici donc le résultat de ma démarche.

Les prérequis:

Notes

Mes notes de greffe, selon les vidéos et films consultés

Pré-requis

Le kit essentiel de base: toujours désinfecter son couteau à greffer!

Bouture de bourgeon floral de Gerry

L’élément essentiel ultime de base, le bois à greffer et surtout, le bourgeon floral!

Muni de ces essentiels, j’ai donc taillé mes greffons de la même manière que ce que j’avais vu/lu sur internet, c’est à dire en conservant environ 4-5 cm de bois et en taillant l’extrémité du greffon en biseau. Ensuite, j’ai plongé ceux-ci dans la cire pour les protéger. Le résultat:

Les greffons après préparationLa prochaine étape, la greffe. D’abord, celle de Gerry:

14 mai - Gerry 1 14 mai - Gerry 2 14 mai - Gerry 3

Ensuite, celle de Gras Vert:

14 mai - Gras vert 1 14 mai - Gras vert 2 14 mai - Gras vert 3

Le résultat: Gerry le 7  juin à gauche, le 23 juin à droite.

SONY DSC  SONY DSC

Malheureusement, j’étais près du but, le bourgeon floral a presque survécu, mais je crois que mon PG manquait de vigueur. Les fleurs ont flétri et n’ont pas fleuri. Le bourgeon a tout de même repoussé et avec un peu de chance, survivra à l’hiver.

Même chose pour la variété de poires Gras vert. Le 7 juin à gauche, le 23 juin à droite. Les bourgeons floraux ont séché et des feuilles ont poussé à la place.  C’est un demi-échec, tout au plus. Dans ce cas, le secret réside fort probablement dans la vigueur, puisqu’en Chine, on greffe les bourgeons de fleur sur des « gourmands » de variétés de poiriers très vigoureux.

Expérience à réitérer, donc, sur un poirier avec de plus grosses branches que les miens.

D’ici là, reste toujours les greffes de bourgeons floraux… à la fin août.

Je termine avec des images de mon Seckel sur Amélanchier qui se porte toujours à merveille, ainsi que de mon premier bébé kiwi!

SONY DSC

SECKEL HÂTIF SUR AMÉLANCHIER

SONY DSC

SECKEL HÂTIF SUR AMÉLANCHIER – DÉTAILS DU TRONC

SONY DSC

SECKEL HÂTIF SUR AMÉLANCHIER

Les fleurs de kiwis (mâles et femelles) et mon premier bébé-kiwi! 🙂

PS: Sur quatre plants qui ont fleuri, j’ai eu trois femelles! C’est donc un ration de 75%! Au dela de mes espérances. Et surtout, ils ont fleuri en même temps, parfait pour la pollinisation. Hourra!

IMG_3718b kiwi fleurs males

Actinidia kolomikta – fleurs mâles

IMG_3721

Actinidia Kolomikta – fleurs femelles

SONY DSC

Bébé baie de kiwi s’en vient (je l’espère!)

Bon jardinage!

Des nouvelles du verger

Beaucoup de choses se sont passées depuis mon dernier message. Mais en gros, surtout du positif.

Des échecs (surtout au niveau des poiriers pas assez rustiques et aussi des pertes suite aux dégâts des mulots), mais surtout de belles réussites grâce à la diversification des plantations.

Mon gros succès à date cette année, c’est que j’aurai au moins du raisin de six des plants de vignes. J’ai très hâte étant donné que deux de ces plants avaient été récupéré de l’ancienne plantation de mon père et que je ne sais pas encore de quelle variété il s’agit et j’espère bien enfin le découvrir! Pour les autres, j’ai mon Marquette (pour le vin) qui est littéralement « grappé » de boutons de fleurs, mais aussi, mes deux raisins de table sans pépin, mes Trollhogan et Summerset sont chargés de boutons. Hourra! Et vive la technique de taille du Dr. Guyot! C’est vraiment super pour les hivers rustiques – sauf quand les mulots mangent les plants sous la neige, mais ça, c’est une autre histoire.

Un petit aperçu en image:

SONY DSC

Vigne Somerset – variété sans pépin

SONY DSC

Boutons sur mon plant de vigne Marquette

Aussi, mes plants de cassis et groseilles sont tous chargés de fleurs et de petits fruits à venir. Sans compter mes framboises et fraises, ce sera sans conteste une année généreuse pour mon verger.

Par contre, pour les pommes et les poires, même pas une petite fleur. Rien, Nada.

Mes pommiers se portent bien, eux. Quasiment aucune perte, sauf pour un semis de pomme inconnu qui n’a pas repoussé au printemps, comme ça, sans raison. Je ne le pleurerai pas trop, ce n’est pas les remplaçants qui lui manquent. J’ai aussi perdu mes deux grefffes de pommiers à cidre; Yarlington mill et Bulman’s Norman. Ceux-ci ne semblent peut-être pas aussi rustique qu’on le disait après tout. William’s pride et Britegold semblent limite côté rusticité, alors que Haralson, Liberty, Honeycrisp, Priscilla et Tolman Sweet n’ont pas souffert du froid du tout pour le moment. Donc, ces variétés semblent prometteuses.

Pour les poires, c’est moins positif. Plusieurs variété supposément rustiques zone 3 (donc résistant jusqu’à -40’C) n’ont pas résisté ou très mal à l’hiver. D’autres sont malade et ne poussent pas bien. Mes seuls plants encourageants (en terme de porte-greffe ou plants cultivés non-greffés) sont mes Ure, John, Pioneer #3 ainsi que Early Gold.

SONY DSC

Ure et ses greffes, en pleine forme!

Par chance, les greffes que j’avais faites sur mon Ure se portent presque toutes très bien. Les poiriers suivants ont très bien résisté en greffe haute sur branche (surtout sur mon Ure) à une semaine à -40’C en février: Old Home, Phileson, Seckel, Summer blood birne, Lada. Miney, lui, a survécu mais semblait à sa limite de tolérance du froid. Starkrimson (ou red clapp’s) ainsi que Keiffer n’ont pas survécu et sont complètement morts, tout comme mon Conférence greffé sur Ure. Une autre déception est le Tait Dropmore qui ne semble pas rustique du tout chez moi, contrairement à ce que j’avais lu dans différents ouvrages.

Côté prunes, de beaux succès. Tout ce que j’ai planté pousse assez bien mais mon seul prunier à avoir fleuri à date est mon prunier noir (prunus nigra), qui, si il produit, ne fera que des prunes à cuisiner. Les autre arbres profitent bien, excepté pour mes Toka et Ptitsin sur leurs propres racines qui s’acharnent à tarder avant d’entrer en aoûtement. Par conséquent, leur nouvelles branches gèlent sévèrement chaque hiver. Je devrai les greffer sur Nigra si je veux qu’ils soient davantage rustique et poussent d’une manière plus modérée et ainsi espérer qu’ils produisent un jour. Ils ne valent clairement rien sur leurs propres racines.

Pour les arbres exotiques, quatre de mes semis de Kiwi ont des boutons! Ils sont rapide les Kolomikta, en fleur leur troisième année! 🙂 Je saurai donc dans quelques semaines lesquels sont des mâles et des femelles. Sur quatre plants, j’espère bien qu’au moins un des quatre sera une femelle et produira quelques fruits!

SONY DSC

Boutons floraux d’actinidia Kolomikta (baie de kiwi)

SONY DSC

Boutons floraux d’actinidia Kolomikta (baie de kiwi)

SONY DSC

Boutons floraux d’actinidia Kolomikta (baie de kiwi)

Y’a aussi mon figuier qui repousse alors que mes semis de coings japonais (chaenomeless) m’ont produit une toute première fleur. Rien d’exceptionnel, mais l’année prochaine, mes plants devraient être suffisamment gros pour fleurir davantage et  produire pour la peine! 🙂 À moins que ma seule fleur ne se décide à déjà produire un fruit, on ne sait jamais!

SONY DSC

Mon figuier Brown Turkey a survécu! 🙂 Je l’avais taillé alors il n’est pas bien gros, mais il va repousser et on verra bien s’il produit quelque chose!

SONY DSC

Chaenomeless ou coing japonais

SONY DSC

Ma première fleur de coing japonais!

Deux variétés de mes néfliers ont survécu, soit les Apyrena (sans pépin) et les Nottingham. J’ai perdu mes monstrueux, mais bon. Je m’estime déjà heureux d’en avoir encore deux variétés. J’en ai fait de nouvelles greffes sur racine de poiriers vigoureux (mais non rustique) histoire de m’en repartir d’autres. Je devrai les affranchir, mais comme ça, j’aurai peut-être des fruits et des fleurs un peu plus vite. Je les avais greffé sur des semis de pommes et de poires et ils ne poussent pas vite. Voici de quoi ont l’air mes greffons de l’an dernier.

SONY DSC

Néflier Nottingham

SONY DSC

Néflier Apyrena (sans pépins)

La clôture, c’est pour les lièvres qui trouvaient que ça goute bon, le néflier.

Mes cerisiers de la série Romance, sont eux aussi prometteurs: Valentine et Crimson Passion vont probablement produire. Par contre, Roméo s’est fait complètement dévorer par les mulots et repousse de la base. La repousse est vigoureuse et il s’en remettra, mais ça retarde ma production de deux ans… 😦

SONY DSC

Roméo qui se remet avec vigueur de sa taille forcée par les mulots. Au final, il en sera probablement plus beau!

Cerisier Crimson Passion 2015-05-31

Valentine à gauche et Crimson Passion à droite. Est-ce que j’aurai des cerises? Je l’espère!

Enfin, mes prunes cerises ont aussi fleuri. Incroyable mais vrai, une de mes greffes d’à peine un an était chargé de fleurs, mon chum (cherry-plum) Manoir. Cette année encore, j’ai greffé du chum Kappa et mes petits greffons ont fleuri! J’étais ravi, puisque ça m’a permis de polliniser mon autre plant et d’espérer peut-être un ou deux fruits du chum Manoir, histoire d’y gouter. Notez qu’il faut toujours planter les chum en paire (deux variétés différentes) pour une pollinisation croisée.

Chum Manoir 2015-05-31

chum Manoir d’un an seulement, déjà en fleur

SONY DSC

À peine greffé et il fleurit.

Dans un prochain article, je vous parlerai de mes expériences de greffes de cette année.

Bon jardinage! 🙂